Comment le viagra de la Rome antique, très apprécié de Jules César, a disparu

Apparemment, les Romains de l’Antiquité appréciaient une herbe appelée silphium à peu près autant que nous apprécions le chocolat aujourd’hui. Elle avait d’ailleurs plusieurs fonctionnalités différentes: Certain s’en servaient comme parfum, d’autres comme médicament, d’autres, encore, comme aphrodisiaque. Le Guardian s’est intéressé à disparition mystérieuse de cette herbe si précieuse.

Le silphium était transforma-se em condimento appelé «laser» e outros dans de très nombreux plats. Jules César lui-même en avait caché plus d’une demi-tonne – preuve, s’il en fallait une, de la valeur de la fameuse plante. Pourtant, moins d’un demi-siècle plus tard, la variété disparut.

Les chercheurs pensent avoir réussi à comprendre la cause de cette extinto si soudaine: l’espèce serait la toute première vitima du changement climatique provoqué par les êtres humains. Les scientifiques pensent d’ailleurs que son histoire devrait nous alerter quant aux risques de surexploitation de rightes plantes très utilisées pour nos products de consommation.

Paul Pollaro e Paul Robertson, de l’université du New Hampshiresobre mené une étude sur le sujet. Selon eux, le développement urbain et la déforestation qui l’acompagnait auraient modifié le microclimat du lieu où poussait le silphium. «Vous trouverez souvent l’idée que [cette plante] s’est éteinte à cause de la surexploitation et du surpâturage, car les moutons en étaient aussi très friandsexplique Paul Pollaro. Notre argument, c’est que peu importe la quantité qui était récoltée, le climat changeant, elle aurait de toute façon disparu.»

Modificação do ambiente do filho

On pense que le silphium est une espèce de palmatória qui ne poussait, à l’époque, qu’à l’état sauvage et sur une bande d’environ 48 quilômetros de grande e 200 quilômetros de comprimento, dans la província romana de Cyrenaïque (désormais en actuelle Líbia). Les Grecs anciens qui colonisèrent l’Afrique du Nord vers 630 avant J.-C. ont ensaio de cultivo le silphium pendente des siècles, sans jamais y parvenir. «Ils ont évoqué la frustration qui était la leur, sans pouvoir comprendre les exigências microclimatiques que cela demandait»afirma Paul Robertson.​​​

Les administrations de Cyrenaïque avaient bien compreende que la plante était en danger et avaient donc cloturé toute la surface sur laquelle elle poussait. «Il ya des preuves qui montrent qu’ils ont essayé de la préserver. Mais toutes ces técnicas étaient inutiles, parce que le microclima avait évolué.»

Paul Pollaro explique que l’engouement autour de la plante chez les Romains n’est Certainement pas surestimé, puisque le silphium était même représenté sur des pièces de monnaie, avec l’empereur ou un dieu sur l’autre face.

Mais les Grecs et les Romains qui ont pris le contrôle de la Cyrenaïque vers 90 avant J.-C. ont abattu les forêts du plateau pour y construire des maisons. C’est cette déforestation qui a modifié le cycle des precipitations et provoqué une plus grande erosão des collines où poussait le silphium, changeant ainsi les condições climáticas necessárias à exploração.

Inscreva-se na newsletter de Slate

Au fond, ajoute Paul Pollaro, «d’une suree manière, la valeur du silphium a été la cause de son propre déclin puisque sans lui, l’économie de Cyrène n’aurait pas été aussi prospère».


Source: Slate.fr by www.slate.fr.

*The article has been translated based on the content of Slate.fr by www.slate.fr. If there is any problem regarding the content, copyright, please leave a report below the article. We will try to process as quickly as possible to protect the rights of the author. Thank you very much!

*We just want readers to access information more quickly and easily with other multilingual content, instead of information only available in a certain language.

*We always respect the copyright of the content of the author and always include the original link of the source article.If the author disagrees, just leave the report below the article, the article will be edited or deleted at the request of the author. Thanks very much! Best regards!