Des scientifiques ont découvert le chocolat parfait

Selon le Syndicat du chocolat, les Français en consomment en moyenne 13,2 kilos par an et par foyer. Nul doute que c’est donc une gourmandise très appréciée, qui place d’ailleurs notre pays à la sixième place des plus gros consommateurs de chocolat du monde. Cette nouvelle devrait donc vous réjouir: récemment, des scientifiques néerlandais ont découvert ce qui pourrait rende notre expérience de consommation encore plus agréable. Revista Smithsonian s’est penché sur cette nouvelle inovação visant para conceituar le chocolat parfait.

C’est à l’Université d’Amsterdam que le projet est né d’utiliser la physique et la géométrie para responder à pergunta suivante: qu’est-ce qui rend le chocolat si apreciable et sous quelle forme le consommer pour vivre la meilleure expérience gustative? Les recherches menées sobre a conclusão de que a forma de chocolate parfaite est celle d’une spirale, obtenue grâce à une imprimante 3D. «Heureusement, il n’y avait personne dans toute l’équipe qui n’aimait pas le chocolat»plaisante Corentin Coulais, le physicien qui a dirigé le project.

Habituellement, ce chercheur travaille avec des metamatériaux (não alimentar), soit des materiais qui possèdent des proprietés introuvables na natureza. C’est un partenariat avec le géant de l’alimentation Unilever qui les a conduits, lui et son équipe, sur les routes du cacao. La recherche s’inscrit donc dans le domaine des «métamatériaux comestibles», qui a pour but de créer des aliments plus nutritifs ou encore meilleurs et plus faciles à manger.

Une precision d’horloger

Après avoir tempéré du chocolat contenant 72% de cacao, les scientifiques ont imprimé plusieurs formes différentes, certos se aproximam de la lettre «S» quand d’autres ressemblaient a de véritables labyrinthes. Puis ils ont soumis ces prototypes to des testings mécaniques permettant de voir en combien de morceaux ils se casseraient une fois croqués par le consommateur, y compreende en fonction de s’ils étaient croqués par le côté ou par le dessus.

Enfin, la dernière étape de la recherche publiée en avril a fait des heureux puisqu’elle a consisté à faire tester ces différentes formes à des cobayes. Corentin Coula explica: «Plus la forme était complexe et le croc engendrait de fissures, plus les consommateurs semblaient l’apprécier.»

Le fait que les testurs aient préféré les formes les plus croquantes n’est pas étonnant. Des pesquisas précédentes avaient prouvé que nous apprécions particulièrement la sensação de casser un aliment à l’intérieur de notre bouche, notamment pour le son que cela produit. Certos scientifiques pensem aussi que ce pourrait être dû au fait que nous associons le croquant à la fraîcheur, contrairement au moelleux qui serait sinônimo de pourriture. La texture aurait potentiellement aidé nos lointains ancêtres à trouver les aliments les plus nourrissants.

Inscreva-se na newsletter de Slate

Le domaine des «métamatériaux alimentaires» está em plein essor et promet de nombreuses avancées. Il pourrait permettre, por exemplo, de créer de la nourriture à faible empreinte carbone, de faciliter la vie à des personnes malades qui ont des dificuldades à mastiquer, ou encore de créer des hologramas comestíveis et ainsi supprimer les etiquettes sur les aliments.


Source: Slate.fr by www.slate.fr.

*The article has been translated based on the content of Slate.fr by www.slate.fr. If there is any problem regarding the content, copyright, please leave a report below the article. We will try to process as quickly as possible to protect the rights of the author. Thank you very much!

*We just want readers to access information more quickly and easily with other multilingual content, instead of information only available in a certain language.

*We always respect the copyright of the content of the author and always include the original link of the source article.If the author disagrees, just leave the report below the article, the article will be edited or deleted at the request of the author. Thanks very much! Best regards!