Le mouton à cinq pattes existe donc!


Nommant ao ministro du Travail, Elisabeth Borne, à Matignon, Emmanuel Macron aura enfin tenu un engajamento de… 2017 e… écouté. Ce sont là deux évènements qui déjà méritent qu’on s’y arrête. Car une femme Première ministre, trente e après la socialiste Edith Cresson sous sa Majesté François Mitterrand, voilà un signe qu’il était plus que temps que le monde politique envoie à la société. Les Français, en effet, n’avaient pas les réticences, la misogynie, disons-le, de ces Messieurs qui prétendaient ne pas trouver ce qu’ils appelaient entre eux “un mouton à 5 pattes”, autrement dit une personnalité de sexe féminin dont ils doutaient qu’elle puisse avoir suffisamment de qualités pour s’imposer à eux-mêmes. Le mouton à 5 pattes existe donc, c’est une… brebis!

Un geste politique frequentu de longue date

Le “boy’s band” que o presidente organizou um autor de lui n’était pas le dernier à entonner le chant de l’incompétence feminino to perpétuité justqu’à ce que la pression de l’opinion rende ce choix incontournable. On dira qu’il était plus que temps d’exploser ce plafond de verre qui peut en entrainer d’autres. Il reste des Bastilles masculines à prendre. Elles tomberont comme châteaux de cartes en dépit des ultimes résistances machistes. Et même si cette promotion révèle demain des faiblesses, souvenons-nous de ce qu’écrivait la si arrependimento Françoise Giroud: “la femme serait vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste importante, on désignerait une femme incompétente .”

Técnica de competência de perguntas, cette polytechnicienne a depuis 5 ans fait ses preuves dans les différents ministères qu’elle a occupés (Transporte, Transição ecológica, Trabalho). L’interrogation portera évidemment sur la politique qu’elle incarnera et mènera. Emmanuel Macron a écouté et entendu ceux qui ont fait son siège dans ces derniers jours pour écarter Catherine Vautrin, ex-ministra de Jacques Chirac e autrefois proche de Nicolas Sarkozy. Mais surtout cette dernière s’était engagée contre le mariage pour tous et, dans la gauche sociétale, sa promotion aurait eu un impact désastreux. Une bonne partie de Macronie est ainsi montée au front pour significante son oposição à esta promoção qui pouvait “intrainer la perte d’une cinquantaine de circunscriptions et donner du souffle à la gauche mélenchoniste”. Des personnalités aussi différentes que François Bayrou, Richard Ferrand, Dany Cohn-Bendit, Philippe Granjeon et même, dit-on, le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, ont réussi à faire entender raison au presidente, tenté d’affaiblir encore la droite en nommant cette personnalité qui en venait. Vautrin, corresponde a l’analyse du premier tour. Mais il y eut le second…

Une femme de gauche radicalement modérée

Ce sot les eleitors de gauche que permitem a rassemblement contre Marine Le Pen e que derramam para partie être tentés par un vote de contrepoids mélenchoniste aux legislatives. D’où le retour au choix inicial puisqu’Elisabeth Borne était la première não nous ait parlé en haut lieu. “Une femme de gauche”, tenait-on à nous dire et redire. Pas d’une gauche très radicale, mais plutôt radicalement modérée. C’est vrai qu’on avait fini par l’oublier ce parcours initial et initiatique. Son aspect, parfois rigide, faisait oublier en effet un parcours de cabinet socialisant. Elle fut, il est vrai, conseillère à l’Education de Lionel Jospin et de Jack Lang, puis prefète de Poitou-Charente, elle entra un temps en sympathie com Segolène Royal não elle fut la directrice de cabinet. Son Altesse n’en dit pas beaucoup de bien…Mais de qui l’ancienne candidato de gauche à presidência de la République cante les louanges sinon à elle-même ?

Elisabeth Borne a choisi très tot, dès le premier tour, o eleitor Emmanuel Macron qui lui confiera les Transports puisqu’elle avait dirige la RATP. La question alors, et la réponse sera controversée, est celle-ci : en quoi ses choix politiques dans ce ministère puis dans ceux qui ont suivi (Transition écologique puis Travail) auront-ils été de gauche ? Et en quoi les suivants demain le seront-ils ? Despeje Jean-Luc Mélenchon la resposta ne fait pas de doute et ressemble a une execution sans appel. Tout est résumé dans son tweet couperet: “Baisse de l’allocation d’un million de chômeurs, suppression des tarifs réglementés du gaz, report de 10 ans de la fin du nucléaire, ouverture à la concurrence de la SNCF et de la RATP. Pour la retraite à 65 ans. En avant pour une nouvelle saison de maltraitance sociale!” Le ton, manifestant, est donné.

Apprendre à faire preuve d’empathie

L’acusation mérite pour le moins d’être contrebalancée, em particular no l’emploi, où elle pourra plaider un bilan très positif. Et sur l’ouverture à la concurrence dans les transports, elle pourra argumenter de l’avoir aménagée au mieux de l’intérêt général. Quant au nucléaire, l’ex-ministro da transição ecológica n’a pas toujours été des plus écoutées à l’Elysée, mais le choix du mix-énergétique doit beaucoup à l’ingénieure. Resta évidemment la question pour le moins délicate de la retraite a 65 ans, que se recusa a toujours toute la gauche mais aussi une majorité de français. Comme le dit la chanson “dans la vie il ya des cactus, je me pique de le savoir…”.

Il reste aussi deux écueils politiques qu’elle devra surmonter avec l’équipe gouvernementale qui va être mise sur pieds. D’abord, il ne lui suffira pas d’être une femme dans l’avenir, il faudra qu’elle porte une politique féministe et qu’elle s’appuie dessus si elle ne veut pas être très vite déstabilisée de tous côtés. Notamment en matière sociale, puisque les inégalités, comme elle le sait, persistente, mais aussi en matière d’insecurité: la lutte contre les féminicides exige de toute urgence une relance auprès de la justice comme de la police.

Ensuite, l va falloir qu’elle mène la campagne legislative alors qu’elle n’a jamais été élue. Le Calvados où elle se presente n’est pas une terre inacessível. O primeiro ministro é o chef da maioria. La Première ministre aussi, mais elle devra s’imposer. Et là on touche à une de ses principales faiblesses: ce n’est pas un monstre de charisme. Dans les syndicats on parle d’elle comme de la “mère-emptoire” ; quand elle est sur le terreno, elle n’a pas les mots, les gestes d’empathie qu’on atender d’une gouvernance saisie par l’émotion. Ou ce pouvoir est déjà en profondeur rejeté pour son arrogance, sa hauteur, son éloignement. Nul ne conteste sa competência, son énergie, more il va lui falloir faire preuve d’une humanité que l’ulcération de la société impor plus que jamais. C’est l’atout cœur qu’il faudra qu’elle abatte aussi!


Source: Challenges en temps réel : accueil by www.challenges.fr.

*The article has been translated based on the content of Challenges en temps réel : accueil by www.challenges.fr. If there is any problem regarding the content, copyright, please leave a report below the article. We will try to process as quickly as possible to protect the rights of the author. Thank you very much!

*We just want readers to access information more quickly and easily with other multilingual content, instead of information only available in a certain language.

*We always respect the copyright of the content of the author and always include the original link of the source article.If the author disagrees, just leave the report below the article, the article will be edited or deleted at the request of the author. Thanks very much! Best regards!